Tout ce que vous devez savoir sur la Ligue des Champions

Jusqu'à 100€ remboursés

Profitez de l'offre !

Nous vous proposons de découvrir aujourd’hui tous les secrets autour de la Ligue des Champions. Sa valeur, son poids et tout ce qu’il faut savoir sur ce trophée tant convoité, histoire de miser juste lors de vos prochains paris en lignes sur les sites de bookmakers comme Unibet.

Une Coupe à succès

On peut assurément dire, pour commencer ce petit tour d’horizon voué à vous faire découvrir ce championnat, que cette coupe est incontestablement parmi les plus connues du monde, et qu’elle reste également l’une des plus convoitées. Il faut savoir qu’un grand nombre de légendes du football l’ont soulevé, et qu’une autre partie ne s’est contentée que de rêver la soulever. Nous allons tout vous dévoiler sur l’histoire de ce trophée de la Ligue des champions, une Coupe qui a ses petits secrets.

La Coupe des Champions

Il se peut que vous soyez un fan de foot et que pour vous, aucune forme de coupe n’ait de secrets. Mais il faut bien avouer que l’on connaît particulièrement bien le design de ce prestigieux trophée, qui reste pour le coup plutôt facilement reconnaissable, avec ses anses immenses qui lui valent en fait ce surnom rigolo de « Coupe aux grandes oreilles » en France et de « Big ears » ou encore de « La Orejona » respectivement en Angleterre et en Espagne. Mais ce que vous ignorez peut-être, et que nous sommes donc fiers de vous apprendre dans ce cas, c’est que ce trophée n’a pas toujours eu cette allure.

Nous sommes alors au tout début des années 1950. Des journalistes de L’Équipe commencent à évoquer la création d’une compétition qui a pour objectif de réunir les meilleurs clubs européens. C’est alors en 1955 que le projet verra concrètement le jour, L’Equipe fournissant alors cette année-là le trophée de cette compétition l’UEFA. Ce sera le tout début de ce qu’on appellera la Coupe d’Europe des clubs champions.

Le Real Madrid remporte alors sa sixième C1, en onze éditions, en 1966 et L’UEFA décide alors de lui offrir définitivement le trophée original en récompense de cette performance hors norme. Mais voilà…pour la saison suivante de C1 qui se déroulera entre 1966-1967, l’UEFA a besoin évidemment d’un tout nouveau trophée. Hors de question de revenir sur le précédent qui était alors confortablement installé dans le musée des Merengues.

Hans Bangerter, le secrétaire général de l’UEFA de l’époque, convaincra alors l’instance de faire appel à la maison Bijoux Stadelmann, basée à Berne, en Suisse. L’UEFA commande alors à l’artisan-joaillier Jörg Stadelmann un trophée d’une valeur de 10.000 francs suisses, soit 6.500 euros de nos jours. À cette occasion, Jörg Stadelmann expliquera : « Avec mon père Hans, nous nous sommes rendus au bureau de M. Bangerter et nous avons recouvert le sol avec nos dessins. Il nous a décrit les préférences des Bulgares, des Espagnols, des Italiens, des Allemands et j’en passe. Nous avons superposé les dessins comme un puzzle ».

Les joailliers avaient cependant des directives à bien prendre en compte, comme celle de proposer une Coupe qui doit pouvoir contenir « trois ou quatre bouteilles de champagne ». Ce qu’explique alors, dans les colonnes du quotidien Berner Zeitung, Nicole Stadelmann, la fille de Jörg Stadelmann qui dirige l’entreprise familiale depuis 2005. Elle se souvient très bien des exigences de l’UEFA et en avait déduit qu’il fallait impérativement que le trophée soit pourvu de deux anses « pour que les vainqueurs puissent le soulever confortablement ». De plus, l’UEFA demandait à ce que l’intérieur de la coupe puisse contenir « trois ou quatre bouteilles de champagne », sachant qu’on devait également n’éprouver aucune difficulté pour pouvoir facilement boire dedans.

Pour forger ce trophée, il faudra à la maison Stadelamnn 340 heures de travail.
Jörg Stadelmann expliquera même : « J’ai rempli mon contrat et le graveur Fred Bänninger a apporté les finitions. Dans les temps, je tiens à le préciser ».

Une Coupe qui passe de mains en mains

Mais savez-vous qui est le club qui a donc touché pour la première fois cette nouvelle coupe ? Et bien il s’agissait du Celtic Glasgow, alors qu’il était vainqueur de l’Inter Milan le 25 mai 1967 (2-1). Il a en effet été le tout premier club à soulever la Coupe aux grandes oreilles.

Pour l’autre anecdote croustillante, il faut savoir que seuls cinq clubs ont le droit de conserver le véritable trophée. Les règles de l’UEFA sont strictes et stipulent en effet qu’il n’existe que deux cas pour lesquels un club peut conserver définitivement le trophée, jusqu’en 2009. La coupe est donnée aux clubs qui remportent cinq fois la C1 et aux clubs qui remportent trois de suite la C1. Évidemment, lorsque cela arrive, un nouveau trophée est commandé. Cependant, et depuis 2009, le trophée reste entre les mains de l’UEFA. Les clubs vainqueurs reçoivent alors une réplique exacte.

Une coupe entièrement en argent

La coupe actuelle pèse 7,5 kg et mesure 73,5 centimètres de haut. Guerrino Giorgi, 78 ans, supervise généralement la fabrication du trophée. Il explique dans les médias que cela peut prendre plus de deux semaines pour faire les poignées, cette partie étant « la partie la plus difficile ». Il promet également : « Le trophée est entièrement fait en argent. Contrairement à l’ancienne version, figurent sur cette coupe les noms de tous les clubs qui l’ont remporté auparavant. J’ai été un supporter de l’Inter Milan toute ma vie. En 2010, j’ai ressenti une grande émotion. Quand les joueurs ont soulevé la coupe, j’ai senti que je la soulevais avec eux. Les éléments les plus importants et complexes sont les anses. Il faut 15 jours pour les faire ».

Si les années passent, on peut assurément constater que les traditions et la nostalgie ont la vie dure. Malgré la refonte de 1992 et la création de la Ligue des champions moderne, le trophée est par exemple toujours gravé de l’appellation « Coupe des clubs européens champions ».

100€ remboursés premier pari

Profitez de l'offre !