1998 et la naissance de Zidane, LA légende en France

100€ remboursés premier pari

Profitez de l'offre !

Nous sommes en 2018 et il y a donc déjà 20 ans, lors du Mondial de 1998, que nous avons vu la naissance d’une légende du foot. Nous nous rappelons tous, français, où nous étions ce soir de finale de la coupe du monde. Nous avons tous en souvenir cette image de Zinédine Zidane, le milieu offensif de l’équipe de France 1998, brandissant le trophée de la Coupe du monde, au Stade de France, ce fameux 12 juillet 2018. Une date qui verra alors la légende Zidane naître et les paris sportifs exploser.

Un N°10 décisif

Nous profitons un peu de cette date anniversaire pour revenir sur ce joueur qui aura marqué l’histoire du foot français, sur une histoire de coups de tête. Bien sûr, les plus affranchis d’entre nous se souviendront également d’une autre histoire de coup de tête face à l’Italie lors du mondial de 2006, mais nous allons nous intéresser pour le moment sur ce qui est plutôt objectif autour du cas Zizou qui profite d’un parcours de vie plutôt original et d’un destin de footballeur hors norme sur de biens nombreux plans. En effet, on assiste à la naissance d’un héros national suite à la finale du Mondial-1998, qui sera très vite baptisé « Zizou » et qui réussira l’exploit, vingt plus tard et contre l’avis de tous, à devenir un incroyable entraîneur à succès.

LE France-Brésil au Stade de France

Nous nous souvenons tous de l’endroit où nous étions précisément le soir de finale France-Brésil au Stade de France. Nous assistions à ce qui était pour tout un peuple, bien plus qu’une simple affiche de gala. Ce soir-là se déroulait LE match parfait pour faire entrer le football français dans l’histoire !
Et ce qu’on peut dire, c’est que la sélection revenait cependant de loin puisque le début du tournoi pour l’équipe s’était cependant montré plutôt décevant, marqué par une exclusion de Zidane contre l’Arabie Saoudite auparavant. Mais ce dernier a su se montrer décisif au meilleur moment pour son équipe des Bleus. Il marquera deux buts de la tête face au Brésil, tenant du titre pour un (3-0) que l’on entendra chanter longtemps sur les plages des cotes de l’hexagone tout l’été (“et un, et deux, et trois zéros…on est les champions !”). Un fait d’autant plus marquant que la France deviendra, ce soir-là, championne du monde…pour la toute première fois de son histoire. Une date qui sera marquée également par l’explosion de sa cote mondiale et chez les bookmakers de paris sportifs.

À cette occasion, Zinédine Zidane se remémore jeudi 31 mai, dans le quotidien l’Équipe : « Les jours avant la finale, Aimé Jacquet a mis l’accent sur les corners. Il m’a dit : « Zizou, je sais que le jeu de tête n’est pas obligatoirement ton point fort, mais ce Brésilien (parlant de Roberto Carlos) fait 1,68, celui-là, à peine plus (parlant de Leonardo mesurant 1,75), donc je te garantis que si tu y vas avec conviction tu peux faire quelque chose ». Et ça s’est passé comme ça. Je ne le sais pas à ce moment-là. Mais c’est sûr que ma vie a basculé avec ce match. ».

Zizou la star de France

Zidane se souviendra longtemps de ses 26 ans, âge auquel il deviendra alors l’idole de toute ne foule en liesse sur les Champs-Élysées. Il deviendra même une icône qui rassemblera des peuples, se transformant radicalement en porte-drapeau de la triomphante génération “black-blanc-beur”. Mieux encore, il sera un des rares joueurs à voir alors son visage orner et éclairer la façade de l’Arc de Triomphe, avec la mention amusante « Zizou président ». Une image habilement et judicieusement projetée ce soir-là par un sponsor plutôt opportuniste et judicieux.

Zizou président de la République ou des Bleus ?

Tout cela s’est déroulé il y a 20 ans et Zinédine Zidane continue à ce jour à défrayer les chroniques dans la presse. Nous passerons rapidement sur l’actualité toute fraîche de la semaine dernière où il a décidé de quitter son poste d’entraîneur du Real de Madrid, en pleine gloire et en plein succès, pour en arriver à voir que ces derniers jours encore, le joueur continuer à nourrir le même fantasme de certains en ne cessant pas d’agiter les réseaux sociaux, à l’image par exemple de ce compte humoristique sur Facebook intitulé « Zidane 2022 ». Un groupe qui est en fait animé par des dizaines de milliers d’internautes qui le voient carrément succéder à notre actuel Président de la République Française, Emmanuel Macron, lors de la prochaine élection.
Certains fantasment encore plus…avec plus de réalisme quand même…en imaginant par exemple Zidane prendre le poste de sélectionneur des Bleus, si ce dernier reste vacant d’ici là…Un cas plausible depuis son départ du Real, et alors qu’il a toujours et encore ces jours-ci, bien attesté que l’équipe de France reste toujours la seule dans son coeur.

Mais qui est donc Zizou ?

Il sera passé par de nombreux titres, comme le Ballon d’Or 1998, mais aussi le titre de champion d’Europe 2000 et buteur vraiment décisif en finale de Ligue des champions 2002. Mais avant de devenir tout cela, il était et reste toujours à ce jour, un garçon discret. Issu d’une famille de cinq enfants, avec des parents originaires de Kabylie, le jeune homme remporte assez vite tous les trophées possibles sur son passage. Mais la carrière de Zidane sera cependant entachée par une action, alors qu’il rêvait de finir sa carrière de joueur sur un énième chef-d’œuvre en finale du Mondial-2006.

Zizou connaît en effet la plus grande déception de sa vie de champion, et ce au plus mauvais moment de son parcours. En effet, il ratera tout d’abord d’un rien un nouveau doublé de légende, avant d’exploser comme une cocotte-minute, en assenant un « coup de boule » sur le torse de Marco Materazzi. Cet acte, dont nous vous parlions en début de cet article, sera alors synonyme de carton rouge et d’une fin de carrière…précédent une défaite de la France aux tirs au but contre l’Italie et une certaine rancoeur, sur le moment, de la part d’une grande partie des Français. Mais son statut d’icône élevée au rang d’intouchable permettra au « Zizou national », d’être pardonné dès le lendemain par les Français et par le président Jacques Chirac, qui le consolera sur le perron de l’Élysée en l’assurant de « l’admiration et l’affection de la nation tout entière. ».

La reconversion surprise de Zidane

Zidane tentera de digérer ce triste épisode pendant quelques années, s’éloignant alors du milieu du foot, jusqu’à ce qu’il décide de revenir…Ce sera alors en juillet 2011, et il le fera en acceptant un nouveau rôle qui surprendra le reste du monde : directeur sportif du Real Madrid. Mais hors de question de se lancer dans l’inconnu et sans bagages sur ce poste bien précis qui demande bien plus que de jouir d’une expérience de joueur. Pour endosser au mieux son nouveau costume, il se lance alors dans une formation de cinq ans, d’abord de « manager », puis il enchainera pour travailler sur le poste d’entraîneur.

Bien décidé à rester dans les clous, et à faire les choses correctement, il franchira alors les échelons pas à pas, devenant coach-adjoint de Carlo Ancelotti en 2014 avant de prendre les commandes de l’équipe réserve. 2016 sera ensuite une année charnière et marquante pour Zizou puisque Florentino Pérez, homme d’affaires espagnol, ancien homme politique, PDG d’ACS et actuel président du Real Madrid, le propulsera contre toute attente à la tête de l’équipe première en 2016 pour remplacer Rafael Benitez en cours de saison.

Zinédine Zidane devra alors ignorer de nombreuses critiques et des sarcasmes de certains observateurs à ce moment précis et clouera ensuite le bec à l’opinion publique en prouvant ses valeurs et surtout sa crédibilité au sein de ce poste qui lui sera confié, faisant preuve d’une métamorphose en entraîneur à succès. Bien obligé de constater sur le terrain, les détracteurs se tairont alors devant celui qui apportera la bagatelle de neuf trophées remportés, dont une Liga en 2017, et surtout…trois C1 consécutives en 2016, 2017 et enfin cette année 2018 !

Au revoir, Zizou et à bientôt

Aujourd’hui, Zizou a décidé de clore le second chapitre de sa « deuxième vie », en quittant le banc du Real Madrid alors qu’il était au sommet de son art. Pour certains, il s’agit encore d’une décision sur un coup de tête…mais il y a fort à parier que sa décision est cette fois bien réfléchie et qu’il prépare certainement quelque chose d’autre en secret. Les fantasmes et les spéculations n’ont pas finies de sortir d’ici les prochains mois, jusqu’à son retour surprise…d’autant plus qu’il a bien précisé que ce n’était pas un « Adieu » qu’il adressait au monde du foot, mais plutôt un « Au revoir et à bientôt ».

Jusqu'à 100€ en cash offerts

Profitez de l'offre !